Présentation

Les Trois-Ilets, Terre d’accueil, de choix et de diversité…

Les 3 îlets à l’origine du nom de la commune

A l’origine, l’ensemble Trois-Ilets, Rivière-Salée et Ducos (Trou au Chat), portaient le nom de « Cul de Sac à vaches » (ce sont des mammifères marins : « les vaches de mer »). Le nom actuel, de la ville provient des trois petits ilets implantés dans sa baie, à quelques mètres du bourg : Charles, Sixtain, Thébloux, qui tirent leur nom des derniers propriétaires qui y exploitaient des fours à chaux.

Trois-Ilets est aussi la ville natale de l’impératrice Joséphine de BEAUHARNAIS, née TASCHER de la Pagerie, de Joseph Sainte-Croix dit Khokho René-Corail, le plasticien, de Marie-Thérèse Julien LUNG FOU AFAU, la poétesse, Suzanne ROUSSI-CESAIRE, l’institutrice et écrivaine, Max Télèphe, le musicien, Gary BOCALY le footballeur et bien d’autres…

La superficie de la ville est de 2860 hectares dont 500 ha de forêt. Au 1er janvier 2020, la ville comptait 7.466 habitants. La commune s’étend sur 28.60 kilomètres carrés, avec pour résultat une densité moyenne de la population de 269.2 habitants par kilomètre carré.

Situation géographique

La commune des Trois-Ilets se situe au sud-ouest de la Martinique et s’ouvre, par sa façade maritime, sur la baie de Fort de France. Elle est desservie par de nombreuses navettes qui permettent quotidiennement aux visiteurs et à la population d’éviter les encombrements de la route, en rejoignant la capitale en 20 minutes.

 

Le cœur de la ville avec son patrimoine bâti exceptionnel, ses maisons traditionnelles en bois ou en briques, couvertes de tuiles rouges, concentre la plupart des services administratifs : l’Hôtel de Ville, l’église, le marché, l’hôpital et le front de mer où les iléens aiment bien se retrouver….

 

Le bord de mer au bourg de Trois-Ilets

Son église, Notre Dame de la Bonne Délivrance, se trouve sur la place Gabriel Hayot et est classée aux monuments historiques depuis le 5 janvier 1993. Sa fête patronale est le 2 février, c’est également le jour de la fête de la Lumière…

Notre Dame de la Bonne Délivrance

La ville est découpée en quartiers ou lieux-dits, qui ont chacun leur identité et des spécificités qui les caractérisent et contribuent ainsi au rayonnement de la commune. Ses principaux « quartiers » sont :

Le Bourg La Xavier
La Wallon La Pointe
L’Espérance (Le Golf) L’anse-Mitan (Pointe du bout à l’anse Marette)
La Plaine La Pagerie
Le Morne Bigot Passe-Mon-Temps
L’Anse à l’Ane Desloges 
La Desgrottes Magasin Zeline
La Ferme La Beaufond
La Vatable La Poterie
Château-Gaillard Râteau …

Histoire ( Brève)

Par arrêté du gouverneur BRUAT en date du 2 mai 1849, La ville des Trois-Ilets est érigée en commune unique, après, avoir été une des composantes de la commune des Trois-Bourgs… L’implantation du premier village s’est d’abord fait aux abords du « Cul de Sac à Vache », à la Poterie au XVIIIè siècle, par les Jésuites.

Son activité économique était essentiellement agricole, avec de nombreuses habitations sucrières à l’instar de Poterie et Sarcelle qui alimentaient en canne à sucre l’usine de Rivière-Salée jusqu’à la seconde guerre mondiale.

Plusieurs autres distilleries étaient en activité sur les quartiers de La Vatable, La Beaufond, La Ferme, La Plaine, l’Espérance et l’Anse à l’Ane, elles approvisionnaient l’ensemble de la Martinique et la France Hexagonale.

Les petits agriculteurs de La Vatable, La Beaufond, La Ferme et La Pagerie, eux, alimentaient le marché du bourg en productions vivrières, et maraîchères.

Le site industriel de la Poterie

Sur la route qui mène au bourg se trouve un site historique et symbolique de l’histoire de la commune, c’est la Poterie des Trois-Ilets. Cette fabrique industrielle et familiale, approvisionne la Martinique en briques, tuiles et objets en terre cuite. Le passé historique de la commune est riche et fortement marqué par cette entreprise qui développe depuis 1783 un savoir-faire dans la production d’éléments en terre cuite.

L’activité économique était essentiellement agricole, avec de nombreuses habitations sucreries à l’exemple de Poterie et Sarcelle qui alimentent en canne  à sucre l’usine de Rivière Salée jusqu’à la seconde guerre mondiale. Plusieurs distilleries sont en activité, les quartiers Beaufond, La Ferme et la Plaine alimentent le marché du bourg en productions vivrières, les produits tirés de terre (cacao, tabac, sucre, rhum) sont très prisés en France hexagonale. La Poterie des Trois-Ilets, fabrique industrielle et familiale, approvisionne la Martinique en briques, tuiles et objets en poterie. Le passé historique de la commune est riche et fortement marqué par cette entreprise qui développe depuis 1783 un savoir-faire dans la production d’éléments en terre cuite.

Le Maison de la canne, 3 siècles d’histoire

La Maison de la canne située à l’entrée de la ville illustre parfaitement bien cette époque. Sous les toits de ce site remarquable sont retracés trois siècles d’histoire de la canne à sucre : une visite s’impose.

Au 18ème siècle, la position stratégique des Trois-Ilets dans la baie de Fort de France lui vaut de prendre une part active aux guerres opposant les puissances européennes. Un ensemble de batteries et de forts protégeaient la baie des attaques des Anglais au XVIIe et XVIIIe siècle. Deux édifices ont résisté aux assauts répétés des Anglais, le Fort d’Alet et celui de la Pointe du Bout. A découvrir également, l’Ilet à Ramiers et la batterie d’Alet.

Lors de la première guerre mondiale quelques natifs des Trois-Ilets se sont engagés pour la France ; ceci s’est reproduit à la seconde grande guerre, où des Iléens sont partis comme dissidents dans les îles anglophones voisines pour aller combattre auprès des troupes du Général de Gaulle.

 

Trois-Ilets, haut lieu du tourisme

Le musée de la Pagerie. Terre de naissance de l’Impératrice Joséphine.

Trois-Ilets a longtemps été connue à travers le monde comme étant le berceau de l’impératrice Joséphine, épouse de Napoléon Ier.

De nos jours, c’est en qualité de pôle touristique d’excellence que la ville est reconnue. Elle se positionne d’ailleurs dans le trio de tête des communes les plus visitées de la Martinique.

La Pointe du Bout et ses anses magnifiques

La Pointe du Bout et ses anses magnifiques regroupent une grande partie des sites touristiques de l’île, avec une importante capacité d’accueil, d’hébergement et de restauration.

Avec ses hôtels de standings différents, allant d’une à cinq étoiles, l’hébergement en résidences ou en meublés de tourisme, les visiteurs et les locaux ont le choix ! Les amoureux de plages de sable blanc pourront se donner rendez-vous également sur les plages de l’Anse Mitan et de l’Anse à l’Ane. Les Trois-Ilets proposent aux visiteurs et résidents de multiples activités liées à la mer, mais également du tourisme vert, des musées, et autres activités culturelles et sportives.

Les amoureux du golf ne seront pas en reste ! Sur un magnifique site, face aux îlets, un golf  s’offre aux pratiquants avec un parcours de 18 trous d’une grande qualité.

Les Iléennes et Iléens : une population accueillante et très attachée à ses valeurs

Aux Trois-Ilets la population est de 7.466 habitants, un chiffre qui double pendant la haute saison touristique (novembre à mai) avec la présence de nombreux touristes venus y séjourner. Depuis 1982, la commune connaît une croissance démographique forte, ce qui la place parmi les premières communes de l’île pour l’accroissement de leur population.

Activité économique

Malgré le déclin de l’activité agricole, quelques exploitations étalées sur l’ensemble du territoire hébergent notamment la culture de la canne à sucre ainsi que l’élevage de bovins et cultures maraîchères.

Le commerce est de loin le secteur le plus florissant de la commune : ¾ des entreprises implantées sont des sociétés de service dont l’activité est essentiellement tournées vers le tourisme. Près de 200 artisans sont également en activité sur la commune…

Ou se restaurer ?

Dans le bourg des Trois-Ilets : plusieurs établissements proposent leurs menus aux visiteurs, cela va du restaurant créole typique à la formule plus élaborée mettant en valeur les produits locaux. A environ 2 km du bourg et à proximité des plages, le quartier Anse-Mitan, zone à forte densité touristique, offre un panel considérable de formules de restauration.

L’Anse à l’Ane, vous accueille dans son village de pêcheurs où vous attends son marché aux poissons et produits de la mer. Sur place vous trouverez à coup sûr un menu qui saura vous satisfaire.

Bon appétit…

Venez découvrir les quartiers, leurs réalités, leurs activités et spécificités tout au long de l’année. Venez sentir battre le cœur de cette terre d’accueil, de choix et de diversité.

*Extrait des écrits de M. Serge PAIN 

https://villedestroisilets.com/vivre/carte-interactive/